La licorne française Mirakl, futur géant mondial de l’e-commerce ?

Introduction

 Une nouvelle technologie qui est actuellement en plein essor, est l’internet des objets. Cela a un impact énorme sur la façon dont nous vivons et pensons à notre monde.

Malgré son potentiel de perturbation, il y a encore beaucoup de choses que nous ne comprenons pas à propos de cette technologie.

Qu’est-ce que les gens achètent réellement ? Comment l’utilisent-ils réellement et pourquoi ? Quels types de données stockent-ils réellement ? Comment pouvons-nous construire des systèmes pour les soutenir ?

Cet article vise à donner un aperçu du marché du commerce électronique en France et à discuter de certaines des préoccupations et opportunités immédiates pour les investisseurs qui cherchent à s’impliquer.

Qu’est-ce que Mirakl ?

 Mirakl est une startup française qui vient de sortir un nouveau produit pour la place de marché en ligne, appelé Moovit. Ils utilisent la même plate-forme que Deliveroo, mais l’ont construite en interne. La société a été fondée par d’anciens membres de l’équipe de Deliveroo et est soutenue par Sébastien Bazin (l’ex-PDG de Deliveroo) et Olivier Bardon.

La partie intéressante de Mirakl n’est pas seulement qu’ils ont construit leur propre plate-forme interne pour rivaliser avec Uber, mais qu’ils visent à le faire de deux manières différentes. Premièrement, ils veulent créer leur propre réseau de transport dans le but d’offrir un meilleur service à moindre coût. Deuxièmement, ils veulent vendre eux-mêmes les manèges directement depuis leur plateforme.

Dans ce contexte, elles sont déjà largement en avance sur de nombreuses autres startups en Europe :

1) Des capitaux importants ont été investis dans la création d’un réseau de transport efficace et performant ;

2) Ils ont déjà des milliers d’utilisateurs qui pourront utiliser tout ou partie des services offerts au sein de leur réseau ;

3) Ils peuvent contacter directement les clients et leur offrir des services via ces utilisateurs – ce qui signifie qu’une fois leur nouvelle plate-forme mise en place, il n’y aura pas besoin d’acquisition coûteuse de clients ou de toute autre technique de marketing inutile ;

4) Bien que le microtransport basé sur une application (par exemple, Uber) puisse être plus pratique au départ (et moins cher), il ne fournira pas une offre infinie de trajets car les gens voudront toujours plus d’un trajet à la fois ;

5) Contrairement aux applications qui facturent par trajet ou par mile (ou par passager), les clients de Mirakl ne paient que pour le temps réel passé sur chaque trajet – ce qui signifie qu’il n’y a pas de paiement de commission automatique – mais uniquement pour l’utilisation réelle temps.

Comment ça marche ?

 J’ai suivi cette startup, qui (au moment de la rédaction) n’a pas encore de produit, mais a déjà levé plus de 300 000 $ de financement. Cela ressemble à un excellent exemple d’une entreprise qui tente de résoudre le problème du commerce électronique mondial à grande échelle.

Ils tentent de créer un marché pour les petits biens et services en mettant l’accent sur l’Afrique, l’Asie, l’Europe de l’Est et l’Amérique latine. Leur objectif est d’être l’une des premières entreprises mondiales de commerce électronique sur les marchés émergents (par exemple, l’Éthiopie). Ils ciblent les utilisateurs occidentaux avec leur application mobile, qu’ils ont appelée Mobiqo, et prévoient également de l’étendre aux appareils Windows Phone.

Pourquoi est-ce spécial ?

 Si vous êtes un nouveau venu sur la scène française des licornes, l’une des choses qui pourraient vous choquer est que Mirakl (ils ont une capitalisation boursière totale de 1,6 milliard d’euros (environ 1,8 milliard de dollars) ce matin et ont leur siège social à Paris, France) est pas encore une licorne – ils ne sont qu’une entreprise de commerce électronique.

C’est vrai. L’ensemble du marché pourrait valoir jusqu’à 7 milliards de dollars (aïe !), mais ils n’ont pas encore reçu leur juste part de l’action des sociétés de capital-risque et de commerce électronique. Mirakl est une sorte d’anomalie.

Au lieu de montrer leurs chiffres de croissance, voici comment ils le présentent à partir de leurs propres mots : « Nous étendons actuellement nos opérations à plus d’un million de transactions par mois via notre site Web www.mirakli-e-commerce.com et le portail www.e-mirakli.com . Le portail permet des transferts internes entre les entreprises Mirakl, par exemple lorsqu’une entreprise doit faire un achat urgent ou veut simplement envoyer quelqu’un en vacances sans avoir à revenir au bureau »

En fait, Mirakl réalise actuellement des ventes de 250 millions de dollars par an – des revenus qu’ils rapportent dans d’autres langues – ce qui leur donne un peu plus de 26 % de part de marché en France (< 2 % pour son concurrent le plus proche).

Le problème avec cette histoire, c’est qu’elle semble trop belle pour être vraie… et malheureusement, elle s’accompagne de beaucoup de mises en garde :

• Ils ne divulguent pas leurs revenus ou bénéfices ; pas de catégories ou de pourcentages – pensez à toutes vos catégories/pourcentages – nous ne saurons donc pas combien de revenus ils réalisent si nous examinons leurs chiffres dans leur ensemble plutôt que de les décomposer en éléments spécifiques

• Ils n’ont fait aucune acquisition ou partenariat – nous ne saurons donc pas ce qu’ils ont pu accomplir car ils n’ont partagé aucun détail sur les accords ou les partenariats

• Ils ne montrent aucun coût d’intégration – nous ne saurons donc pas quel type de coûts d’intégration ils ont dû supporter en raison de la présence d’aussi bonnes personnes en affaires et en technologie (ce qui serait différent s’il s’agissait d’une entreprise publique)

• Leur équipe de direction est principalement composée de jeunes diplômés – nous ne saurons donc pas s’ils ont pu accéder à des postes de direction grâce à leur expérience et à leur expertise plutôt que de licencier et d’embaucher des personnes inexpérimentées, car il n’y a pas

Où va-t-il ?

 Mirakl est une startup relativement petite mais en croissance rapide basée à Paris. La société a levé 1,5 million d’euros auprès d’investisseurs, dont Google Ventures, et donne un aperçu du chemin parcouru par la scène des startups françaises depuis le début des années 2000 (lors de la création de Mirakl).

Le point de vue de Mirakl sur la scène des startups françaises :

Nous pouvons certainement être d’accord avec la plupart de ce qui précède, même si nous pensons que, compte tenu de l’état actuel du commerce électronique, nous serions un peu plus pessimistes qu’ils ne le sont ici. Je suppose que nous pourrions même ajouter à cette liste certaines de nos propres réflexions sur le commerce électronique…

About the Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may also like these